Archives de Catégorie: Cinéma

The Dark Knight Rises – Christopher Nolan

Par défaut


Suite aux nombreuses réactions mitigées, j’ai voulu voir LE nouveau Batman pour m’en faire ma propre opinion.
Je confesse que deux heures et quarante quatre minutes de film (sans compter les publicités interminables) ça refroidit un petit peu mais, au final, je ne les ai pas vu passer.
Le film a tout d’un thriller : assassinats, armes, policiers, méchants, décors sombres… Mais Batman ne serait pas Batman sans ses costumes et ses masques, Catwoman, Robin, la Batmobile, la « Batmoto » ou encore la « Batsoucoupevolante » ! Ouais non parce que niveau véhicules, y a de l’idée ! Pour rester sur les détails un tout petit peu exagérés, et dont on se serait bien passés, j’appelle les voix de synthèse de Batman et du méchant Bane. Je suis d’accord, Bruce Wayne et la chauve-souris doivent être des personnages distincts pour ne pas êtres démasqués mais quand même, pourquoi a-t-il une voix proche de celle de Dark Vador ? ! Surtout que, lorsqu’il se bat, ses petits cris n’ont pas la même tonalité… M-y-s-t-è-r-e !


Côté casting, Anne Hathaway a troqué son personnage de Liz dans Valentine’s Day pour le latex de Catwoman. Maléfique et séduisante à souhait, elle est un des personnages les plus intéressants du film. Elle jongle entre le bien et le mal sans que l’on sache vraiment qui sont ses alliés. Elles ne sont que deux filles dans ce film un poil sexiste.
La seconde n’est autre que NOTRE Marion Cotillard nationale. Après avoir entendu/lu de multiples fois que ce film ne la mettait pas vraiment en valeur, je pensais qu’elle incarnait un rôle minime. Bon certes son jeu d’acteur n’est pas au top, on a vu beaucoup mieux mais elle fait tout de même partie des éléments principaux de l’intrigue.

Conclusion, je ne retire rien : Batman est bien le super héros qui me fait le plus craquer !
Ps : je n’ai presque plus peur des chauves-souris en vrai…

Blanche Neige et le Chasseur de Rupert Sanders

Par défaut


Hier, après de longues semaines d’hésitation, je me suis lancée et je suis allée voir Blanche Neige et le Chasseur au cinéma. Blanche Neige et les Sept Nains est, et restera je le pense, le dessin animé qui a le plus traumatisé mon enfance. Cette vilaine sorcière qui s’en prend à une « pauvre » enfant, j’ai toujours trouvé cela injuste. Bon après coup je me suis dit que j’avais grandi et qu’il se pouvait que l’histoire ne soit pas si terrible que cela au final !
Je l’avoue, je suis sortie de la salle un peu perturbée et ma nuit a été assez courte mais j’ai tout de même adoré !

Tout se joue sur l’opposition entre le côté sombre et machiavélique de la Reine Ravenna et le côté innocent et pur de la Princesse Blanche Neige. Charliz Theron interprète avec beaucoup de talent le rôle de la reine. Magnifique dans ses costumes aux formes pointues, elle réussit à séduire tous les hommes qui ont le malheur de croiser son regard. Mais elle sait aussi être cruelle et sans pitié, la reine du dessin animé a troqué ses cheveux grisonnants contre une chevelure d’un blond éclatant mais n’a pas perdu son objectif : être la méchante !                                                                                   

Kristen Stewart grâce à son allure d’adolescente, que l’on connait et reconnait depuis les volets de Twilight, interprète aisément le rôle de Blanche Neige. Ses cheveux couleur corbeau, sa peau blanche comme la neige et ses lèvres rouge sang font de cette actrice une parfaite représentation de la princesse. Même si au final, elle s’avère être une Jeanne D’Arc des temps modernes qui allie virginité et attitude guerrière. Pour l’accompagner dans son aventure rocambolesque rien de mieux qu’un chasseur qui ne laisse personne indifférent, j’ai nommé Chris Hemsworth. Mieux que les sept nains il se bat comme un dieu et connait tous les secrets d’une forêt maléfique.

Les effets spéciaux et les images de ce film sont assez réussis. J’ai été stupéfaite par la beauté de « l’endroit des fées » qui m’a tout de suite fait penser à ça : Pub Nina Ricci ! J’avoue ce fut mon passage préféré, il ne manquait plus que des petits poneys… J’appréhendais aussi le moment où la reine allait perdre sa jeunesse et prendre des allures de vieille femme mais tout cela est très bien fait voire même fascinant.

Autrement, on retrouve pas mal d’éléments propres au conte des Frères Grimm : la méchante reine, les nains, la pomme, le miroir (assez étrange d’ailleurs)…

Un film à découvrir même si, comme moi, vous avez un mauvais souvenir du dessin animé !

Bande Annonce

Sur la route de Walter Salles

Par défaut

Image

L’histoire d’un jeune écrivain d’origine canadienne, Sal, en pleine recherche d’inspiration après la mort de son père, part se changer les idées. Il rencontre Dean, un personnage à part, vagabond marié à Marylou en quête de relations d’un soir mais avec un cœur tendre et délicat. Ils décident de prendre la route et de traverser les Etats, dans tous les sens du terme.

Ce film se situe entre Trainspotting et Into The Wild. Entre sexe, drogue et paysages défilants, l’aventure opère. Les évènements ne sont jamais attendus, tout n’est que surprise. Il n’y a pas vraiment d’histoire à suivre ce qui rend le film à la fois simple et compliqué car il faut tout de même cerner la personnalité des personnages pour pouvoir avancer.

La vraie révélation est  Kristen Stewart. Bella a laissé son costume d’amoureuse  de vampires un peu prude pour endosser celui d’une jeune fille d’à peine dix huit ans, Marylou, complètement délurée qui n’hésite pas à suivre les deux amis dans leurs aventures chevaleresques.

Un film à découvrir entre copains, qui fait tourner la tête et qui donne envie de partir direction la route 66, lunettes de soleil sur le nez et cheveux au vent.

Casting : Garrett Hedlund, Sam Riley, Kristen Stewart, Amy Adams, Tom Sturridge, Danny Morgan, Alice Braga, Marie-Ginette Guay, Kirsten Dunst

A savoir : Le film est l’adaptation du roman Sur La Route écrit par Jack Kerouac en 1957

BA: http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19337080&cfilm=181593.html
Sinon mon article a été publié ici

Happy New Year – Garry Marshall

Par défaut

Après avoir vu la bande annonce: http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19261482&cfilm=178084.html et SURTOUT le casting qui se compose entre autre de Robert de Niro, Ashton Kutcher, Zac Effron, Katherine Heigl ou encore Jessica Biel, je me suis laissée tenter !

Happy New Year , ou New Year’s Eve en VO, m’a déçu. Pourtant, je suis une habituée des comédies « gniangnian », dites de filles avec de la routine à gogo: beaux mecs et histoires sentimentales, et je dirais même que j’en suis complètement fan !

Pour résumer le film en quelques mots, on peut dire que différentes histoires s’entremêlent et que les protagonistes attendent les douze coups de minuit pour voir leurs désirs se réaliser sur Time Square, en compagnie de la célèbre boule géante, pour bien débuter la nouvelle année.

Je ne sais pas ce qu’il s’est passé mais le film m’a paru long, très long (il fait tout de même une heure cinquante huit mais bon …). Un casting prometteur mais qui au final se laisse marcher dessus par un scénario un peu brouillon. Plusieurs histoires avec des protagonistes différents se cotoient, il y en a tellement qu’il est difficile de retenir tous les prénoms.

Peut être que le fait de voir ce film en décembre, et donc avant la nuit fatidique du 31 décembre 2011 au 1 janvier 2012, m’a freiné. Je n’ai pas réussi à me laisser transporter dans l’ambiance « new year »! Dômmage !

Rango – Gore Verbinski

Par défaut

Rango, film sorti depuis le 23 mars 2011 dans lequel Johnny Depp prête sa voix au personnage principal.

L’histoire relate la vie d’un petit camélon de compagnie qui, par accident, se retrouve échoué au beau milieu d’une des seules routes qui bordent le désert de l’Ouest. Problème, il ne sait pas qui il est vraiment! Il va donc s’inventer une vie de cow boy trépidente pour impressionner les habitants du minuscule village de Poussière et, en particulier, Fève, un des personnages phares du village.

/!\ ATTENTION SPOILER /!\

Mais la vie de shérif n’est pas de tout repos surtout quand de vilaines créatures ont le pouvoir sur le désert et notamment sur un élément vital: l’eau. En effet, Poussière est privée d’eau, il ne reste qu’une petite réserve, rassemblée par tous les habitants, placée en sécurité à la banque. En sécurité ? Pas si sur !

Rango décide de mener l’enquête pour ramener l’eau au village. Il pense avoir trouvé les bons fauteurs de troubles, il se lance à la recherche de Bad Bill et son gang, composé de Jake le serpent et Balthazar le papi rongeur! Mais il s’avère que c’est une fausse piste, déçu de ne pas avoir rendu service et chassé du village pour ne pas avoir réussi sa mission, Rango commence une longue marche interminable dans le sable.

Quand il croit que tout est fini, la chance lui sourit enfin et il comprend que ce n’est pas le gang maléfique qui est à l’initiative de ce vol d’eau mais bien le maire de Poussière, l’honorable Marion Lynch. Cette tortue malicieuse a pour ambition de détourner l’eau pour créer une ville semblable à Las Vegas ! Aussitôt dénoncé par le caméléon, il est contraint à rendre l’eau à Poussière. Rango devient un véritable héros avec sa propre histoire !

On retiendra:

– Les jolies coupures musicales des oiseaux latinos qui ponctuent les différentes actions de Rango.

-La jolie leçon de vie, même en perte identitaire il faut rester soi-même.

-La révolution des techniques employées pour les films d’animation d’aujourd’hui qui les rendent de plus en plus proches de la réalité !